Maux par mots – Marie-Sophie Peytou
L'humeur du temps

Art de vivre (12) Enfance Education (7) Sexualité (3) Vie de couple (6) Vie de famille (1) Tous (29)
 
mardi 15 mai 2018 Enfance Education
Jeunesse à vendre
Un documentaire diffusé sur France 5, le 18 avril dernier, lève le voile sur une réalité qui fait froid dans le dos, la prostitution des mineures en France.
Pour beaucoup d’entre nos concitoyens, ce phénomène ne concerne que les pays en voie de développement, où le tourisme sexuel prospère de façon éhontée.
Mais malheureusement, cette émission fait prendre conscience que c’est aussi un phénomène qui se développe en France : on compte 6 à 8000 prostituées mineures dans notre pays (il est difficile, pour des raisons évidentes, de donner un chiffre très précis).
  -------------------------
L’intérêt de cette émission est de comprendre les causes et les éléments spécifiques aux pays développés ; l’engrenage est assez subtil, car la plupart du temps, les jeunes filles semblent consentantes. A l’âge où l'adolescente voit son corps se transformer, où elle prend conscience de son pouvoir de séduction, elle commence par se prendre en photo avec des copines, dans des poses plus ou moins sexy et plus ou moins habillées…il suffit que ces photos circulent sur les réseaux sociaux pour que les commentaires fusent, et aussi les propositions. De façon insouciante, elles commencent par monnayer leurs faveurs auprès de jeunes de leur âge, copains de collège ou de lycée ; puis des copines proposent des sites de rencontre, ce qui permet de toucher un public plus âgé (et donc plus riche !). Avec plusieurs passes dans la même journée, on peut s’acheter le sac dernier cri dont on rêve ou le dernier i-phone…Certaines, follement amoureuses de leur copain, se laissent convaincre de travailler pour lui et se retrouvent dans un réseau de proxénétisme, dont les chefs sont parfois eux-mêmes mineurs…

Ce qui me parait intéressant dans les commentaires des invités à l’émission, c’est qu’ils soulignent tous que ces jeunes filles sont souvent complètement inconscientes de ce qu’elles font, comme si leur corps n’était qu’un objet auquel elles sont totalement étrangères. C’est souvent vers 17/18 ans, quand elles ont leur premier rapport « amoureux », qu’elles prennent conscience que ce qu’elles ont vécu avant, c’était un viol, un abus de faiblesse.
Il semblerait que tous les milieux soient concernés, y compris ceux qui n’ont pas de problème financier particulier. Ce n'est donc pas pour leur survie que ces jeunes choisissent ce genre d'activité!
  -------------------------
En tant que CCF, cette émission m’a inspiré plusieurs réflexions qui pourraient aider les parents à faire face à ce danger.
J’aimerais vous inciter à développer un vrai sens du corps chez vos enfants : le corps n’est pas un objet mais il est constitutif de sa personne : on ne devrait pas dire « mon corps m’appartient » comme un jean ou un sac à main, mais « mon corps, c’est moi » ! Ce corps est si fragile, unique, il lui permet de communiquer avec les autres, il lui permet de découvrir le monde, il lui permet d’aimer, de réaliser des projets, de créer... Il est essentiel de lui transmettre le respect de son corps et du corps des autres, le respect de l’intimité ; il faudrait aussi l’aider à prendre conscience que ce que l’on fait avec son corps a des conséquences sur toute la personne, en bien ou en mal : si je me nourris mal, si je ne dors pas assez, si je vois des images violentes ou pornographiques, c’est autant d’atteintes à mon intériorité, ce n’est pas anodin. A l'adolescence, où l'image et l'estime de soi sont souvent perturbées, c'est encore plus essentiel, et plus difficile, car les parents ont du mal à se situer par rapport à leur enfant (trop près ou trop loin ?).
D’autre part, il est certain que les enfants qui sont le plus en danger sont ceux à qui l’on n’a pas transmis de valeurs fortes : quand la consommation à outrance est le seul horizon de la vie, la jeune adolescente peut être tentée de choisir la solution la plus simple pour obtenir l’objet tant convoité. Quand la téléréalité est le seul référent culturel et le seul idéal proposé, elle assimile inconsciemment qu’une femme existe seulement si elle est désirable et désirée, et qu’elle doit correspondre aux clichés de la « femme bonne (au lit !) ». On pourrait ainsi s'interroger sur les valeurs adoptées par beaucoup de jeunes (sous l'influence de la publicité), et auxquelles les parents ont du mal à résister par peur de paraître ringards ou trop décalés !
  -------------------------
Il y aurait bien sûr beaucoup d’autres choses à dire…sur l’éducation affective et sexuelle des adolescents, sur la schizophrénie de notre société qui crie au loup (au porc devrais-je dire !) lors des récents scandales à Hollywood, mais ne fait rien pour empêcher le déferlement de la pornographie dans le cinéma, les magazines, les réseaux sociaux ou la publicité…

Pour en savoir plus, vous pouvez revoir l'émission sur youtube, en tapant "Jeunesse à vendre". Le débat qui suit le reportage est très intéressant.

Pour aller sur le site de l'association qui lutte contre la prostitution des enfants: https://www.acpe-asso.org/
 
«   Retour