Maux par mots – Marie-Sophie Peytou
L'humeur du temps

Art de vivre (14) Enfance Education (7) Sexualité (3) Vie de couple (6) Vie de famille (4) Tous (34)
 
jeudi 25 février 2021 Art de vivre
Y-a-t-il une vie après le développement personnel ? Comme je vous l'avais promis en rendant compte de l'ouvrage de Julia de Funès, je vous propose de poursuivre notre réflexion sur le développement personnel. Sortons des sentiers battus, en essayant d'éviter les critiques virulentes et parfois excessives qui parsèment son ouvrage.

Ceux qui lisent régulièrement ce blog savent que je suis logothérapeute, et je souhaiterais revenir à nouveau sur l’originalité de cette forme d’accompagnement.
  -------------------------
Précisons que la logothérapie appartient à la catégorie des thérapies existentielles; elle s’appuie de façon explicite sur la philosophie et porte un regard particulier sur l’être humain, considéré comme un être singulier, libre et responsable. Cette vision éclaire tous les accompagnements thérapeutiques; elle subsiste même dans les situations les plus difficiles : une maladie incurable, ou bien un camp de prisonniers comme Frankl, le fondateur de la logothérapie, l’a expérimenté ou tout simplement toutes les situations de la vie que l’on ne choisit pas (chômage, deuil, handicap...)
Pour un thérapeute existentiel, et un logothérapeute en particulier, les grandes questions posées par la vie sont fondamentales : la peur de la mort, de la solitude ou l’absence de sens. Chaque être humain y est confronté un jour, et s’il les évite, il peut s’enfermer dans des mécanismes destructeurs. C’est pourquoi, lors des séances d’accompagnement, toutes ces questions peuvent être abordées, et il n’est aucune dimension de la personne qui soit négligée.
  -------------------------
D’une certaine façon, la mode du développement personnel dit quelque chose d’essentiel sur l’homme d’aujourd’hui : une vie consacrée uniquement à la consommation ou aux loisirs ne suffit pas à combler l’être humain. Il cherche autre chose, une autre dimension à sa vie, et le développement personnel semble y répondre. Ce n’est malheureusement pas suffisant : une bonne connaissance de soi n’apaise pas la soif de sens. C’est un point de départ nécessaire, mais ce n’est pas le but de l’existence de l’être humain. Je préfère néanmoins préciser qu’il ne s’agit pas de se négliger, en particulier de négliger des problèmes de santé (physique ou psychique) au prétexte qu’il ne faut pas se regarder le nombril…Cela va sans dire, mais va encore mieux en le disant!

Pour Victor Frankl, l’orientation vers le sens est le moteur de l’existence humaine, et ce sens se trouve en quelque sorte en dehors (ou au-delà) de soi. En particulier, il se découvre peu à peu lorsqu’on oriente sa vie en fonction de valeurs que l’on cherche à concrétiser.
Il ne faudrait pas donner au mot « Valeur » une signification exclusivement morale : une valeur, selon la définition classique, c’est « ce qui est posé comme vrai, beau, bien, selon des critères personnels ou sociaux, et sert de référence, de principe moral » (Larousse). Les valeurs, ce sont donc des significations universelles, authentiques, partagées par une majorité d’êtres humains. Les valeurs existent ; l’homme ne les invente pas. Chacun concrétise des valeurs, parfois sans s’en rendre compte, et cette concrétisation est le chemin vers le sens. On pourrait considérer les valeurs comme des étoiles qui attirent le voyageur et l’incitent à poursuivre sa route.

  -------------------------
Voilà pourquoi il n’est pas vraiment possible de mener une vie pleine de sens en se concentrant uniquement sur ses besoins, ses émotions et son état intérieur. La vie humaine est souvent faite de tensions, et c’est par des chemins parfois tortueux que l'on parvient à l’accomplissement.
Concluons avec Elisabeth Lukas, élève de Frankl et logothérapeute elle-même :"Mais si l’on tient compte de la dimension noétique de l’homme, le bonheur signifie : réponse intérieure à un sens ». (Elisabeth Lukas, La logothérapie, théorie et pratique, p 42). Le mot « noétique » vient du mot grec « noûs » qui signifie esprit. Frankl utilise ce terme pour désigner la dimension spirituelle de l’homme (qu’il ne souhaite pas confondre avec la réalité religieuse, d’où la création d’un mot nouveau, noétique)

  -------------------------
Pour en savoir plus sur les thérapies existentielles :
http://philotherapeute.fr/la-therapie-existentielle-en-dix-points-dapres-irvin-yalom
[s][/s]
  -------------------------
Pour découvrir un exemple de personnage qui a concrétisé des valeurs tout au long de sa vie: https://www.youtube.com/watch?v=n5RmEWp-Lsk
 
«   Retour