Maux par mots – Marie-Sophie Peytou
Lire, écouter, voir

Chansons (3) Conférences (1) Films (12) Jeu (1) Livres (23) Spectacles (1) Tous (41)
 
jeudi 6 mars 2014 Livres
Ensemble mais seuls. Apprivoiser le sentiment de solitude dans le couple.
Christophe Fauré
Albin Michel. Paris, février 2009

Christophe Fauré est psychiatre, spécialisé dans l’accompagnement des personnes en deuil. Depuis plusieurs années, il explore également la complexité du lien d’amour au sein du couple dans ses ouvrages Le couple brisé , Ensemble mais seuls et Maintenant ou jamais qui est consacré, de façon plus large, à la transition du milieu de la vie (45/55 ans) .
  -------------------------

L'ouvrage commence par un constat très simple : certaines personnes se sentent profondément seules dans leur couple, elles ont l'impression d'être totalement isolées et c'est un malaise insidieux qui s'installe petit à petit. On est ensemble...et malgré tout, on se sent très seul.
Comment peut on en arriver à cette tranquille indifférence, quand on repense à nos premiers émois ? Quels mécanismes se sont mis en place ? Et surtout, que peut-on faire pour sauver son couple, si tant est qu'on en ait encore le désir ?
Il nous faudra peut-être aussi d'accepter de renoncer à nos attentes démesurées sur le couple, qui n'est pas fait pour combler tous nos manques, et donc, sortir de la fusion amoureuse pour vivre un amour conscient. Le couple ne peut pas non plus réparer les blessures de notre passé, souvent d'ailleurs il les réactive (à ce propos, on peut relire le petit livre sur la thérapie Imago que j'ai recommandé dernièrement).

  -------------------------
L'auteur développe une idée qui me tient à cœur comme conseillère conjugale: pour qu'un couple dure, il faut être convaincu que nous avons un "travail" à faire: oui, l'amour est un travail, il n'est pas qu'un sentiment.
Plusieurs pistes sont explorées: en pratiquant les langages de l'amour (voir le livre de Gary Chapman du même nom, aux éditions Farel), en retrouvant le plaisir d'être ensemble, en retrouvant le plaisir du contact physique et pas seulement sexuel, en partageant avec l'autre ses rêves et en ayant un projet commun, en retrouvant le sens de la gratitude...
Il ne s'agit pas non plus de refuser le conflit mais d' essayer que le conflit ne soit pas un désir de se défouler mais un désir de faire avancer la relation : il nous faut donc apprendre à exprimer nos besoins plutôt que de vomir nos revendications !
Il s'agit au fond de rester vigilant à la qualité de notre relation, seul moyen de ne pas recommencer à vivre cette perte de lien.
  -------------------------

Enfin, il termine par une réflexion intéressante sur la solitude existentielle, à laquelle nul de peut échapper car elle est constitutive de l'être humain. Elle n'est pas forcément négative, car elle nous invite à retrouver le contact avec nous-même, à retrouver le plaisir du silence face à soi (au lieu de toujours fuir dans la distraction). Car si nous avons perdu le lien avec notre conjoint, c'est peut-être aussi parce que nous l'avons perdu avec nous mêmes!
« Envisager chaque être comme une solitude, comme un monde à part, est le plus grand respect que nous puissions lui accorder » (p241).
L'amour est ce pont qui relie nos deux solitudes : l'autre reste un mystère pour moi, que je ne pourrai jamais complètement comprendre mais je vais tenter d'entrer dans son monde, de me relier à lui, et c'est cela le lien d'amour.

  -------------------------

Vous l'aurez compris, je recommande ce livre pour plusieurs bonnes raisons:
Il est assez simple d’abord, avec des exemples concrets, et il est accessible au grand public qui pourra en tirer profit de façon simple et pratique .
Il explore une multitude de pistes sans se cantonner à une seule avec des images souvent pertinentes (le compte en banque émotionnel).
Il ne cherche pas seulement à donner des solutions et invite à aller plus loin : la solitude fait partie de l'expérience fondamentale de tout homme.

Il a en revanche les défauts de ses qualités : à vouloir explorer trop de pistes, il reste parfois trop allusif ou trop vague. La partie concernant la sexualité est un peu décevante (ch 9).
 
«   Retour