Maux par mots – Marie-Sophie Peytou
Lire, écouter, voir

Chansons (3) Conférences (1) Films (10) Jeu (1) Livres (20) Spectacles (1) Tous (36)
 
dimanche 12 février 2017 Films
Et les mistrals gagnants…
Anne Dauphine Julliand
sortie le 01/02/2017

Voilà un film qui ne fera peut-être pas la une des magazines…et qui me semble pourtant révéler un vrai trésor pour ceux qui oseront aller le voir !


La réalisatrice, Anne Dauphine Julliand, est déjà connue pour son livre, Deux petits pas sur le sable mouillé ; elle y raconte de façon émouvante et profonde les derniers mois de vie de sa fille, Thaïs, atteinte d’une maladie rare.
Dans ce reportage, "Et les mistrals gagnants" elle choisit de donner la parole à 5 enfants atteints de pathologies assez graves, et leur témoignage est une étonnante leçon de vie sur le bonheur.
  -------------------------
Ne croyez pas que vous allez passer une heure trente à pleurer ; il y a certes quelques épisodes dont la gravité fait monter des larmes aux yeux, mais l’auteur réussit à ne jamais tomber dans le voyeurisme. Et surtout, il y a des moments de vraie gaité, car ces enfants vivent chaque instant avec autant de curiosité, de joie et d’enthousiasme que des enfants en parfaite santé.
« Quand on est malade, cela n’empêche pas d’être heureux ! » affirme Tugduald avec philosophie
Le secret de ce bonheur tient à des choses essentielles : l’amour et l’amitié, la création artistique, la découverte émerveillée du monde et de la nature, le jeu, seul ou en équipe, et tous ces petits riens qu’ils savent savourer sans penser au lendemain, avec une grande simplicité.
De ce reportage magnifique, je suis revenue avec des perles à conserver précieusement, des sourires malicieux ou émus et des regards profonds…
  -------------------------
Cela m’a donné aussi à réfléchir sur le rôle des parents, lorsqu’ils doivent se confronter à la souffrance de leur enfant. C’est bien sûr une épreuve terrible : tous les parents ne souhaitent-ils pas ardemment que leurs enfants soit heureux ? Souhait légitime certes, mais qui ne peut être exaucé si l’on croit que le bonheur, c’est une vie sans combat, sans contrainte et sans frustration. Il suffit parfois d’un rien pour que la vie bascule (un accident, une maladie imprévue, un deuil…).
Nous ne pouvons pas donner le bonheur à nos enfants, mais nous pouvons leur donner des outils pour qu’ils soient heureux quoi qu’il arrive. Aussi, au lieu de leur offrir une vie confortable et bien lisse, donnons leur de quoi se construire pour résister aux orages de la vie : apprenons leur à aimer le monde qui les entoure et sa beauté, à être heureux des joies simples de l’amitié et d’une balade en famille. Apprenons-leur à remercier et à donner de la joie aux autres. Apprenons-leur l’attente et la patience au lieu de combler toutes leurs envies…
Alors, ils découvriront que le bonheur ne dépend pas forcément des circonstances de la vie mais de la façon dont on choisit de les vivre.
Alors, ils pourront peut-être dire comme Ambre
« C’est pas grave, on laisse tomber les choses qui nous tracassent et on vit avec »

https://youtu.be/Fd8X4n_Ki0E
 
«   Retour