Maux par mots – Marie-Sophie Peytou
Lire, écouter, voir

Chansons (3) Conférences (1) Films (10) Jeu (1) Livres (20) Spectacles (1) Tous (36)
 
vendredi 4 janvier 2019 Livres
La petite fille à la balançoire
Frédérique Bedos
J'ai lu


C’est une très belle histoire qui pourrait presque s’apparenter à un conte de fée, si ce n’est qu’elle est vraie de bout en bout.

L’héroïne raconte sa propre histoire, celle d’une petite fille qui vit avec sa maman. Jusqu’ici, rien que de très banal, sauf que cette mère devient peu à peu incapable de s’en occuper, tant elle a du mal avec ses propres démons : difficultés psychiatriques, aventures sans lendemain, bébés qui se succèdent sans qu’elle en prenne soin, pauvreté récurrente…
La petite Frédérique survit comme elle peut, s’occupant seule de ses demi-frères ou sœur, essayent tant bien que mal d’aller à l’école, et surtout d’éviter les services sociaux…Sa maman l’aime, certes, mais la vie quotidienne est de plus en plus difficile et les périodes de tendresse et de tranquillité se font de plus en plus rares.
Finalement, elle est confiée par la justice à une famille d’accueil qui lui donnera l’amour et la stabilité dont elle manque. C’est une famille extraordinaire-quoique le mot soit un peu galvaudé !, qui a déjà adopté ou accueilli de nombreux enfants, dont certains sont lourdement handicapés. Cette rencontre va lui permettre de se reconstruire et trouver la sécurité affective, de faire des études aussi, car Frédérique est douée et a un grand sens artistique.

Ce petit livre très émouvant m’a inspiré de nombreuses réflexions sur la capacité de résilience des enfants, sur la responsabilité des adultes, qui peuvent parfois, par un geste ou une parole, réparer et consoler ce qui semble irrémédiablement perdu. La belle suite de cette histoire, c’est que Frédérique a fondé une association, Imagine, pour rendre hommage aux héros anonymes qui font tourner le monde sans en avoir l’air…Une façon de montrer, s’il en était besoin, que l’amour donné n’est jamais perdu, et qu’il peut même se multiplier.
Comme elle le répète souvent: « L’idée c’est pas le meilleur des mondes. L’idée c’est d’œuvrer pour un monde meilleur. »

"Quand on reçoit la bonne dose d’amour, les blessures ne vous écrasent pas. Même, elles vous permettent de nourrir de l’empathie pour les autres. Vous avez beau être en colère devant votre souffrance, le cercle élargi où circule la vie et le rire vous fait le cadeau du partage."
Pour en savoir plus sur Imagine: http://www.leprojetimagine.com/


 
«   Retour