Maux par mots – Marie-Sophie Peytou
Lire, écouter, voir

Chansons (3) Conférences (1) Films (10) Jeu (1) Livres (20) Spectacles (1) Tous (36)
 
jeudi 22 août 2019 Chansons
Papa
Bigflo & Oli

Un peu de légèreté avant la rentrée…


Je ne sais pas si vous connaissez Bigflo & Oli ? Je l’avoue en toute sincérité, le rap n’est pas mon style de musique préféré, surtout lorsqu’il exalte certains comportements machistes ou violents. Pourtant, il existe des exceptions et je suis toujours heureuse de revenir sur mes préventions. Ces deux frères, issus de la région toulousaine, ont écrit une chanson d’hommage à leur père, d’origine argentine ; ce dernier est aussi musicien et participe à leur clip. Elle est très touchante et donne quelques clés à tous les pères, parfois désemparés face à leurs enfants, en particulier parce qu’ils ont peur de ne pas savoir faire !

https://youtu.be/dMIPaab43Hw

Plusieurs facettes de la paternité sont abordées, de façon légère bien sûr, car cela reste une chanson et pas une conférence de conseillère conjugale ! On remarque par exemple la difficulté d’exprimer ses émotions et ses sentiments ; les pères sont « ceux qui disent je t’aime sans même parler ». A une époque où le silence et la pudeur n’ont pas bonne presse, il est bon de rappeler que chacun a sa façon de montrer son affection à son enfant : quand on a le mot maladroit, les actes parlent tout autant !

Il y a aussi cette phase difficile de l’adolescence, où l’enfant veut affirmer son autonomie et se détacher de ses parents : il a honte d’eux et peut se montrer extrêmement blessant : « Ses vieux pulls et ses chemises à auréoles/Maintenant c'est bon, et bêtement on en rigole /Mais j'étais con et j'avais honte devant l'école ». Cette petite phrase toute simple, certains des parents que je rencontre devraient se la répéter en boucle quand ils sont découragés : le temps de la rébellion est souvent nécessaire, mais il ne dure pas ; on peut ainsi retrouver des relations apaisées lorsque le jeune a trouvé son équilibre, lorsqu’il n’a plus besoin de s’opposer ou d’agresser les autres pour s’affirmer.



Enfin, j’ai aimé le ton de cette chanson, qui avec beaucoup de tendresse brosse le portrait d’un père imparfait mais aimant, et c’est la seule chose qui compte. A l’heure où tant de psychologues d’éducateurs et de spécialistes accumulent les conseils et les mises en garde culpabilisantes, il est bon que chaque père se rappelle que, comme le disent Bigflo & Oli « mon père c’est le meilleur mais ca se compare pas » : eh oui, malgré vos maladresses vous êtes les meilleurs parents pour vos enfants. Ils n’ont pas besoin de parents parfaits, mais d’êtres humains responsables qui reconnaissent leurs erreurs. L’admiration excessive, l’idéalisation des gens que l’on aime, ce n’est pas forcément le bon moyen de construire des relations vraies !

Aussi, je leur laisse cette conclusion que je fais complètement mienne :

« Ya pas de bon père, il n’y a que des hommes qui font de leur mieux »



 
«   Retour